Accueil >F.Leger > le musée et ses collections >Collections > La Première Guerre mondiale > La Cocarde, l'avion brisé

La Cocarde, l'avion brisé

Vers 1916
gouache et crayon sur papier
23 x 29,1 cm
Donation Nadia Léger et Georges Bauquier, 1969
Musée national Fernand Léger Inv. MNFL 96031


La guerre a le pouvoir de mettre à nu la vérité des hommes et des objets. Après les longues et sanglantes batailles, Léger identifie la cocarde d'un avion brisé au milieu de la boue. Une autre fois, la lumière sur l'acier des canons lui révèle des effets plastiques nouveaux qui le rattachent à la vie : «  …je fus ébloui par une culasse de canon de 75 ouverte en plein soleil, magie de la lumière sur le métal blanc… Quand j’ai mordu dans cette réalité, l’objet ne m’a plus quitté. » Léger n'a que rarement à sa disposition de la gouache ou de l'aquarelle pour traduire ces révélations plastiques. D'où le caractère exceptionnel de cette oeuvre polychrome pour cette période.
Les oeuvres de la même collection