Accueil >F.Leger > le musée et ses collections >Collections > Les années 1920, Villes et machines > Sans titre, composition

Sans titre, composition

Vers 1924
Crayon sur papier
25 x 23,1 cm
Musée national Fernand Léger, Biot
MNFL 97088

Dans cette composition délicatement dessinée, des éléments mécaniques aux contours tracés à la règle et aux ombres modelées semblent animés d'une vie propre. Complétée en 1926 par une variante à l'aquarelle conservée à la Tate Gallery de Londres, cette étude est emblématique de la recherche chez Léger d'un réalisme de conception à partir des années 20. Réalisé à la même époque que son film Le Ballet mécanique, ce dessin reprend le principe du gros plan, employé pour métamorphoser l’aspect d’objets courants : « Un bouton de faux col, placé sous le projecteur, grossi cent fois, devient une planète irradiante », écrit-il. Au sein de cet assemblage enigmatique, une manivelle est clairement reconnaissable. Le genre traditionnel de la nature morte est ainsi réinterprété, modernisé, par l'artiste. Son objectif est de condenser la frénésie du réel en une composition stable et sereine, digne des maîtres classiques. En cela, l'oeuvre reflète un certain retour à l'ordre apparu dans l'entre-deux-guerres, visible également chez les Puristes Ozenfant et Le Corbusier que fréquentait Léger.
Les oeuvres de la même collection