Accueil >F.Leger > le musée et ses collections > Musée > Historique

1955, Fernand Léger à Biot

01_Logo XXe sicle Noir et blanc copie



Quelques mois avant sa mort, en 1955, Fernand Léger acquiert le mas St André, situé au pied du village de Biot. Sur ce terrain horticole, Nadia Léger, sa veuve, et Georges Bauquier, son proche collaborateur, décident de créer un musée pour lui rendre hommage et favoriser la connaissance de son œuvre. Le projet de bâtiment est conçu par l’architecte André Svetchine, le parc confié au paysagiste Henri Fisch. L’édifice intègre en façade une immense mosaïque, initialement prévue par Léger pour la décoration du stade de Hanovre, mais jamais réalisée.

label patrimoine du XXè siècle http://www.culturecommunication.gouv.fr/Regions/Drac-Paca/Politique-culturelle/Patrimoine-du-XXe-siecle/Le-label/Les-edifices-labellises/Alpes-Maritimes/Biot-Musee-national-Fernand-Leger


1960, la création du musée

Le soir du 13 mai 1960, une manifestation exceptionnelle inaugure le musée Fernand Léger à Biot. Plus de cinq mille invités se pressent à l’ouverture du premier musée monographique de la région. Sous le patronage de Picasso, Braque et Chagall, l’inauguration réunit des célébrités du monde littéraire et artistique, des vedettes de cinéma et des représentants politiques. Le musée Fernand Léger marque de son sceau le paysage culturel de l’époque. Non loin de Biot, d’autres projets consacrés aux grandes figures de l’art moderne se concrétisent peu de temps après : à Saint-Paul, la Fondation Maeght en 1964 et à Nice le musée Marc Chagall en 1969.

1969, la donation à l’Etat

En 1969, les fondateurs font don à l’Etat français du bâtiment, du terrain et d’une collection riche de plus de trois cents œuvres. André Malraux, ministre d’État chargé des affaires culturelles, reçoit  la donation au cours d’une manifestation officielle qui se termine par un gala organisé au palais du festival de Cannes. Le musée Léger devient musée national et selon les clauses de la donation, les fondateurs restent directeurs à vie.


1987-1990, l’extension du bâtiment

En 1987, le musée fait l’objet d’un agrandissement dont l’étude et la construction sont confiées par le Ministère de la culture à l’architecte Bernard Schoebel. Une nouvelle aile de bâtiment vient doubler la surface d’exposition. Sur les façades Est et Ouest de la nouvelle construction, Georges Bauquier commande à Heidi Melano des mosaïques monumentales d’après les projets de Léger pour la Triennale de Milan (1951) et pour la décoration de l’université de Caracas (1954).  
Georges Bauquier se retire de ses fonctions de directeur en 1994.


2004-2008, la modernisation des espaces

Des travaux de rénovation sont entamés dès 2004. L’architecte Marc Barani est chargé des travaux pour restructurer les espaces d’exposition et améliorer l’accueil du public. Le mobilier est confié à Eric Benqué et l’aménagement du jardin au paysagiste Philippe Déliau. Ce nouvel aménagement permet une meilleure présentation de la collection permanente.


2010, les 50 ans du musée

Après plus d’un demi-siècle d’existence, le musée national Fernand Léger se veut un lieu de référence sur l’œuvre de cet artiste. Tout au long de l’année, une riche programmation d’expositions, de conférences, de projections de cinéma et d’ateliers pédagogiques est proposée aux visiteurs.